2942
Rita Hajj, A turn on, a turn off, 2021

Net Encounters – Rita Hajj, A turn on, a turn off

Pour Net Encounters, l'artiste Rita Hajj partage avec le public un live stream de sa machine à café pendant un mois. Aussi, elle invite le public à télécharger des images de leur cafetière ou théière, tout en développant une réflexion sur l'histoire du Web, l'évolution du streaming en direct et des interactions en ligne.

événement/Net Encounters,

01.05.2021 31.05.2021

Instagram @ritahajj

Visitez l'œuvre ici

Portrait Rita Hajj. Photo: Anastasia Mityukova

En 1991, le laboratoire informatique de l'université de Cambridge a installé une caméra pour fournir des images en direct de la cafetière à ses employés. Quelques années plus tard, la caméra a été connectée à Internet, devenant ainsi l'un des premiers streams en direct. Rita Hajj recrée cet événement historique avec a turn on, a turn off dans son studio, en permettant au public d'accéder à sa propre cafetière via une page web. En outre, elle invite les utilisateurs à échanger une image de leur cafetière. Pour ce faire, les utilisateurs doivent visiter la page web dédiée, consentir à participer et télécharger leur image. Ils et elles obtiennent alors une image générée par un algorithme, sur la base d'une formation de données de cafetières. Les spectateurs contribuent alors aux algorithmes d'apprentissage automatique qui génèrent l'image. En ce sens, Hajj développe à travers son travail une critique subtile des dynamiques sociales et commerciales qui se sont développées en ligne. D'un espace d'échange mutuel, l'internet s'est transformé en un terrain où les utilisateurs sont exploités à leur insu pour la collecte d'informations à des fins lucratives.

Visitez l'œuvre ici.

Déclaration de Rita Hajj :

“Cette œuvre est née d'une interrogation sur une rencontre avec une image numérique. Elle reconstitue ce que l'on a appelé la première webcam au monde, installée par des scientifiques en 1991 à l'université de Cambridge, en Angleterre. Plus tard, en 1993, la même caméra a surveillé en direct une machine à café via un ordinateur : l'image d'une cafetière était diffusée trois fois par minute sur le web. On dit que des millions de passionnés de technologie ont accédé à cette image, qui a fait l'objet de plusieurs couvertures médiatiques et a donné lieu à de nombreuses anecdotes. D'une nouveauté, à une icône largement vue, à un artefact historique, l'image a été désactivée en 2001, et la cafetière a été vendue pour £3,350 aux enchères sur eBay. Déployer ce moment en le reconstruisant dans le contexte et l'histoire du web mondial, ce n'est pas seulement témoigner d'un passé qui nous a amené aux chats vidéo ou au commerce électronique en direct, mais aussi relier les interactions aux transactions. Universelles dans leur adoption, les interactions du web social prétendent offrir l'inclusion en mettant l'accent sur l'idée séduisante d'un réseau humain connecté : Une communauté mondiale. Nous - en tant qu'utilisateurs - consentons à cette idée séduisante bien que nous soyons conscients de l'étendue de sa non-démocratie. On peut se poser la question : A qui appartient la technologie utilisée ? À qui est-elle accessible ? Pourquoi consentons-nous, en tant qu'utilisateurs, à un pouvoir qui nous séduit, non seulement par l'utilisation de la technologie, mais aussi par la production d'images ?”

Née à Beyrouth, Rita Hajj (*1993) est une artiste et designer basée à Genève depuis 2016. Diplômée de l'Académie Libanaise des Beaux-Arts en 2014, elle a procédé à la réalisation d'un programme de master à la Haute école d'Art et de Design-Genève en 2018. À travers les nouveaux médias, l'écriture, la scénographie et la performance, sa pratique est une recherche continue qui explore la production contemporaine d'images et sa corrélation avec l'histoire et la techno-politique. Hajj a participé à des expositions collectives à LiveInYourHead (Genève), one gee in fog / two gees in eggs (Genève), CAC-Brétigny (Brétigny-sur-Orge), et Institut du Monde Arabe (Paris). Elle a également participé à plusieurs programmes à l'Istituto Svizzero (Rome), à la Haus der Statistik (Berlin) et à la Kunsthalle im Lipsius-Bau (Dresde).  Elle a récemment effectué une résidence d'artiste à la Cité Internationale des Arts (Paris) et travaille actuellement à une publication aux Editions Clinamen.

Note de l'artiste : Ce projet a été rendu possible grâce à l'assistance technique du collègue artiste et chercheur Alex Gence.

Net Encounters – Rita Hajj, A turn on, a turn off

Info
prev
prev
next