Laurent Huret, Face Swap (present), 2017, still

Lauren Huret, Face Swap (present)

Year: 2017
Type: Vidéo
Media Format: H.264, mp4, 1080 x 1920 px/p
Duration: 1:41 Min., Loop
Dimension: variable
Edition: 1/5 + AC
Credits: filmed in Bluffdale, Utah, US in front of the NSA Data Center With the help of Hunter & Dash Longe, Nan Hill & Brian Longe
Acquisition: Acquired 2017, inv.no. S0057
Artwork Link: https://vimeo.com/211711482
Artist Website: http://www.laurenhuret.com

Info
prev
Laurent Huret, Face Swap (present), 2017, still
Laurent Huret, Face Swap (present), 2017, still
prev
next

Peu de temps après Face Swap (past), Lauren Huret met en scène, avec la courte boucle vidéo Face Swap (present), l’appropriation de notre identité par nos smartphones. Nous ne voyons plus l’artiste assise à son bureau face à l’écran d’ordinateur, mais posant avec son smartphone dans la main, devant les bunkers en béton minimalistes du Centre de données de la NSA en Utah, dans un paysage de collines hivernal et désertique.
Ici aussi, la tête tournée vers le public montre un fond d’écran de smartphone, noir et aveugle. Le visage, isolé sur l’écran du téléphone, plante ses yeux dans les nôtres. Le mouvement de la main gauche de la protagoniste, qui tâtonne au niveau du cou, semble d’autant plus vide de sens juxtaposé à ce vide béant. Les coups d’œil du visage découpé en direction du corps dont il dépend semblent signifier la dissolution de l’identité entre corps et esprit. Les doigts qui tambourinent sur le genou gauche paraissent incarner l’attente impatiente de nouvelles notifications de l’appareil mobile.
Depuis les débats médiatiques autour de l’ouvrage Homo Deus de Yuval Harari en 2015, le transfert des émotions et de l’esprit humains vers les machines, postulé notamment par Marshall McLuhan et Paul Virilio, et mis en évidence ici par Lauren Huret, est une composante discursive de l’esthétique des médias des années 1990. Pour Harari, il atteint aujourd’hui son apogée avec les progrès galopants dans les domaines de la recherche génétique et de l’intelligence artificielle. Ainsi qu’avec les applications de nos smartphones qui, selon l’auteur, en savent désormais plus que nous à notre sujet. Dans ce contexte, le Centre de données de la NSA en arrière-plan peut être interprété comme l’émetteur de la prochaine consigne d’action destinée aux doigts impatients.
(Texte : Bettina Back)

Artist Bio

Lauren Huret (*1984) vit et travaille à Genève.