Chat génétiquement modifié avec une protéine de méduses fluorescente, qui produit la couleur verte. Crédit: Clinique Mayo

Lynn Hershman Leeson: Anti-Bodies

À l’occasion de sa première exposition individuelle en Suisse, Hershman Leeson donnera à voir plusieurs de ses œuvres actuelles consacrés aux thèmes du progrès biologique, du développement de l’intelligence artificielle et de la recherche scientifique sur les anticorps.

exposition

03.05.2018 - 05.08.2018

Entrée: 9 / 6 CHF (red.)

Lynn Hershman Leeson, detail from „The Infinity Engine“, 2012

Lynn Hershman Leeson compte parmi les pionnières de l’art médiatique. Depuis les années 1960, elle axe ses travaux sur l’interaction entre technologie, médias et identité, ainsi que sur le rapport – en pleine mutation – entre corps et technique. Elle interroge l’impact des nouveaux outils sur nos représentations de l’identité individuelle et de la singularité, sur notre sphère privée et sur notre rapport changeant entre monde réel et virtuel. Son œuvre, qui réunit photographie, film, vidéo, objets et installations, art numérique, logiciels et performances, se distingue par des travaux révolutionnaires. Ainsi, Lynn Hershman Leeson conçoit le premier vidéodisque interactif en 1984 et s’intéresse à l’intelligence artificielle et à la réalité virtuelle dès les années 1990. À cette époque, elle élabore le concept d’«anti-body» (anticorps), qui se réfère à ses recherches et à ses travaux sur l’identité virtuelle dans le cyberespace: le corps physique n’est dès lors plus nécessaire pour adopter une identité fictive sur le réseau mondial. L’anticorps imaginé par Hershman Leeson s’entend comme une présence virale sur Internet et se manifeste à travers l’intelligence artificielle, à l’instar de son personnage en ligne DiNA.

Dans ses travaux actuels, elle s’empare de la question de l’évolution des nouvelles biotechnologies, enjeu on ne peut plus d’actualité. Nous présentons donc, dans le cadre de sa première exposition individuelle en Suisse, ses travaux en cours et ceux élaborés pour l’occasion, consacrés aux thèmes du progrès biologique, de la médecine régénérative, de la recherche génétique et de la recherche sur les anticorps.

L’exposition à la HeK est mise en scène comme un laboratoire scientifique – origine épidémiologique des sciences du vivant modernes et lieu de production de savoirs. Elle est organisée autour de l’installation The Infinity Engine, inspirée d’un laboratoire de génétique. Ce travail complexe, qui se déploie dans plusieurs salles, pose un regard critique sur les ramifications des expérimentations sur le génome. L’installation met en lumière la disparition progressive des frontières entre vie naturelle et vie artificielle à l’ère de la biologie synthétique et dévoile les moyens dont nous disposons aujourd’hui pour créer artificiellement la vie.

The Infinity Engine aborde des thèmes tels que la manipulation de l’ADN, la création d’organismes transgéniques ou la production d’organes humains artificiels grâce à la bio-impression en 3D. Hershman Leeson présente ces exploits de la médecine régénérative comme des œuvres d’art possédant leur esthétique propre.

Un nouveau projet, conçu pour l’exposition, porte sur le développement d’un anticorps spécifique dont la structure moleculaire porte le nom Lynn Hershman. Les anticorps, qui jouent un rôle essentiel dans le système immunitaire, peuvent être utilisés dans le traitement de certaines maladies (par exemple les thérapies anticancéreuses). En collaboration avec Novartis, cet anticorps est produit, étudié et documenté en ce qui concerne ses propriétés et ses utilisations possibles. Le "Lynn Hershman Antibody" sera exposé dans l'exposition. L'examen par Hershman Leeson des questions d'identité et d'unicité est élargi par une nouvelle dimension biologique. 

Un autre travail inédit de Lynn Hershman Leeson s’intéresse à l’ADN comme support de stockage pour tous types d’informations. D’anciens travaux vidéo de l’artiste ainsi que l’intégralité des documents de The Infinity Engine ont été mémorisés dans de l’ADN, à son tour mis en scène comme une œuvre d’art dans le cadre de l’exposition.

L’événement donne également la parole à de nombreux scientifiques, qui, dans le cadre d’entretiens avec l’artiste, décrivent clairement les techniques et les méthodes actuelles du génie génétique, de la médecine régénérative et de la bio-impression, et mettent en lumière les opportunités et le potentiel qui s’offrent ainsi à nous. Pour souligner l’aspect artificiel de la vie créée dans les laboratoires, Lynn Hershman Leeson a réalisé un impressionnant travail photographique intitulé «Double Hands», qui évoque la célèbre fresque de la Création peinte par Michel-Ange dans la chapelle Sixtine, où le doigt de Dieu touche l’Homme, lui donnant ainsi la vie. Dans la version de Lynn Hershman Leeson, la phalange divine est remplacée par des seringues.

L’exposition de la HeK illustre avec force le génie dont fait preuve Hershman Leeson pour s’emparer à nouveau des technologies et des grandes questions de notre époque. L’artiste est ainsi décrite à juste titre comme une portraitiste de l’ère de l’information, comme une observatrice attentive des protocoles et des institutions qui seront déterminants pour l’élaboration de nos conceptions de l’identité et de l’individualité. En ce sens, son travail revêt toujours une dimension politique, car il porte sur les enjeux sociaux fondamentaux de notre époque.

L’exposition est accompagnée d’un programme de longs métrages et de documentaires de Lynn Hershman Leeson. Sont également prévus différents ateliers, qui seront consacrés aux thèmes abordés dans le cadre de l’exposition.

L'exposition est soutenue par la Fondation Ernst et Olga Gubler-Hablützel..

Commissaire d’exposition: Sabine Himmelsbach

Info
prev
prev
next

Related

DIY...

Ve, 19.01.2018, 18:00

In The Woods - part II

Ve, 19.01.2018, 18:00

Visite Guidée en Français

18.03.2018-05.09.2017

-- 938 dd