Jonas Baumann, The Touch of Vacuum, 2014, still

Jonas Baumann, A Touch of Vacuum

Year: 2014
Type: Animation
Media Format:
Dimension:
Duration:
Edition: 1/3
Credits:
Acquisition: On permanent loan from Kunstkredit Basel-Stadt, 2017. Inv. No. S0043.
Keywords:
Artwork Link:
Artist Website: jsbaumann.ch

Info
prev
Jonas Baumann, The Touch of Vacuum, 2014, still
Jonas Baumann, The Touch of Vacuum, 2014, still
Jonas Baumann, The Touch of Vacuum, 2014, still
Jonas Baumann, The Touch of Vacuum, 2014, still
prev
next
Dans A Touch of Vacuum, Jonas Baumann fait défiler devant le spectateur une série aléatoire de sculptures animées générées numériquement, avec en fond des espaces ouverts neutres et indéfinis. On aperçoit ainsi une croix blanche effleurée par un tissu décoré d'un quadrillage géométrique en noir et blanc, qui glisse ensuite sur le sol – la scène évoque immédiatement Malevitch, le suprématisme et les premières œuvres de Mondrian. Une balle rouge est propulsée à droite par un tremplin et jette en vol un tissu rouge provenant du haut de l'image sur la tête et le dos d'un corbeau noir. Là encore, on pense spontanément aux réactions en chaîne d'une machine de Rube Goldberg dans Der Lauf der Dinge de Fischli et Weiss.
Chacune des sculptures animées générées par ordinateur se réfère à l'histoire de l'art à de multiples égards, comme une sorte de toile de fond, cependant indistincte, car aucune comparaison ne permet d'apporter un nouvel éclairage aux caractéristiques des univers présentés. Contrairement aux tableaux et aux dessins de Baumann, cette œuvre semble donc reposer sur un nouveau langage figuratif, entièrement généré par ordinateur, et issu du bruissement de l'histoire de l'art moderne.
Les objets et les séquences de mouvements explorent de manière ludique les libertés permises par le numérique au-delà des limites de la pesanteur et de la matérialité. Ainsi, les matières semblent surréalistes, telles un mélange irréel de velours, de soie, de cuir et de silicone. Le liquide contenu dans un verre de champagne paraît dense, comme dans une nature morte de Lichtenstein ou Rauschenberg. À l'inverse, des tubes solides semblent quasiment se liquéfier, dans un ralenti évoquant les toiles de Dali.
Les frontières entre les genres s'effacent: les tableaux se mêlent aux sculptures et pourraient aussi bien en être inspirés, et inversement. Ainsi, une toile de Delaunay, avec ses tons chauds rouge-orangé, s'enlace artistiquement autour d'une croix constructiviste tordue. Le lien avec la croix, l'absence de repères dans l'espace et la pesanteur des mouvements du tissu, mise en scène avec une grande minutie, sont les composantes d'un langage figuratif entièrement numérique. 
Les objets hétéro-référentiels de Baumann tombent à travers l'espace virtuel et montrent, via ce mouvement, leur corporéité, ainsi que les facettes de leur dimension hypermédia, dont les propriétés silencieuses et malléables sont malgré tout soumises à la pesanteur.
(Texte: Bettina Back)

Artist Bio